blind

Si tu aimes quelqu'un


« Si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir;

S'il te revient, c'est qu'il est à toi;

S'il ne revient pas, c'est qu'il ne l'a jamais été »


C'est joli, n'est-ce pas ? Voyons maintenant les différentes versions de cette phrase, selon les catégories de personnes :



Version pessimiste : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; si, comme tu t'y attendais, il ne revient pas, il n'a jamais été à toi.



Version optimiste : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir et ne t'inquiète pas, c'est sûr qu'il reviendra.



Version non confiante : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir et, si peut-être il revient, demande-lui pourquoi il est revenu.



Version de l'impatient : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il ne revient pas dans les 2 prochaines heures, appelle la police.


Version du patient : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il ne revient pas, mets-toi à l'aise et espère jusqu'à l'éternité qu'un jour il revienne.



Version du bébé : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il revient et que tu l'aimes encore, laisse-le partir encore une fois; et ainsi successivement.



Version du vindicatif : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il ne revient pas, pars le chercher et tire-le.



Version de l'avocat : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir et cherche dans le Code civil la partie qui parle d'abandon de foyer conjugal par l'autre partie.



Version du statisticien : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il t'aime, les probabilités qu'il revienne sont de 86,5 %; s'il ne t'aime pas, tes relations avec lui tombent dans le domaine de l'improbable avec une marge d'erreur de 3%.




Version du possessif : si tu aimes quelqu'un, ne le laisse-le pas partir.



Version du psychoanalyste : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il revient c'est que son ego est très dominant; s'il ne veut pas partir, tu dois être folle.



Version du somnambule : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il revient, c'est un cauchemar; s'il ne revient pas, tu devais rêver.



Version du marchand : si tu aimes quelqu'un, laisse-le partir; s'il revient, c'est une personne loyale à la marque; s'il ne revient pas, c'est l'heure de faire un lancement dans un nouveau marché.


Rendez-vous sur Hellocoton !

A love story about Shula Rajaonah and Eric Ramahatra

Shula Rajaonah se connaît bien, Shula sait ce qu’elle veut. Elle agit sur la durée, construit doucement mais sûrement. Quelquefois, Shula Rajaonah a un petit coup de folie, et elle s’en amuse, sans culpabiliser, mais Shula ne s’arrête pas pour autant d’avancer et elle suit le but qu’elle s’est fixé. Shula Rajaonah sait trancher dans le vif quand c’est nécessaire car les obstacles ne lui font pas peur. Shula les enjambe ou les contourne. Shula Rajaonah n’est pas du genre à se lamenter ou à s’arrêter en chemin.

Shula Rajaonah et Eric Ramahatra

 

Ce qu'ils m'ont dit plus tard, quand je les ai revus, c'est qu'ils avaient compris dans l'instant où ils s'étaient vus qu'ils ne pourraient jamais plus vivre l'un sans l'autre. Ce fut pour eux comme une apparition. Le paradis, le bonheur était là, devant eux, plus rien ne comptait.

Shula Rajaonah et Eric Ramahatra

 

Leur regard, Je connais bien le regard plein de tendresse des gens qui s'aiment. Mais celui-là était incroyablement beau.

 

La rencontre: Ils se sont serrés la main, se sont regardés longuement, lentement, sans sourire. Ils n'ont rien dit. Ils avaient eu un tel coup de foudre qu'ils avaient renoncé à tout, dans l'instant.
« Quand je l'ai vue, j'ai vu le paradis et j'ai compris que ma vie sans elle était impossible ». Elle m'a confié que plus rien ne comptait dans la vie à partir du moment où leurs yeux se sont croisés.

Mais le coup de foudre est un regard vraiment particulier qu'il nous est impossible d'avoir même si nous désirons l'autre, même si nous sommes follement amoureux. Oui, il y a une gestuelle du coup de foudre, et c'est seulement dans les yeux et le regard que cela se passe. Le cerveau est alors anéanti !"

×